Balade au départ de Mornant. 18 octobre 2020.

Nous sommes huit pour profiter de cette superbe journée après une semaine de pluie. Notre point de départ est le lac de la Madone à Mornant. Ce plan d’eau est destiné à l’irrigation des vergers. Il est aussi équipé d’un parc photovoltaïque flottant.

Le lac est à la frontière de plusieurs communes que nous traverserons successivement : Mornant, Saint-Maurice sur Dargoire, Saint-Didier sous Riverie. Avant le départ, nous observons de nombreux oiseaux dans les buissons autour du parc de stationnement : Pouillot véloce, Fauvette à tête noire, Chardonneret, Pinson des arbres… Les Alouettes lulu sont très présentes, plusieurs chantent en même temps. Elles se perchent sur les clôtures. Des Perdrix rouges longent les fourrés.

Perdrix rouge. Wikimedia Commons. Giancarlo Fhoto4U.

Le soleil est bas et nos ombres s’allongent sur la prairie.

Cinq Hérons gardeboeufs passent, nous les retrouverons plus loin auprès d’un troupeau.

Notre circuit commence par un parcours destiné aux familles et nous sommes surprises d’y trouver des chasseurs, fusils pas forcément cassés. D’autres chasseurs ont dû faire fuir ces trois chevreuils et ce lièvre qui arrivent en galopant. Des Linaires communes (Linaria vulgaris) et des Brunelles communes (Prunella vulgaris) sont encore en fleurs. Un souci (Colias crocea) y reprend des forces.

La Linaire commune. MP.
Le Souci. MD.
La Brunelle commune. MP.

Deux Bergeronnettes des ruisseaux s’envolent des berges du lac.

Bergeronnette des ruisseaux. Wikimedia Commons. Zenet Cebeci.

Un Héron cendré est à l’affût et un Grand Cormoran pêche. Un groupe de sept Geais des chênes nous survolent en criant. A la sortie d’un petit bois dans lequel les acrobaties d’une bande de Mésanges à longue queue nous ont amusées, les cultures dominent.

Nous entendons des Alouettes des champs qui volent haut et nous observons un Traquet motteux dans un labour, en compagnie de cinq Bergeronnettes grises. Macabre découverte : un Lézard vert occidental a été haché lors de la tonte des bas-côtés de la route. Plus agréable : un groupe de six Tariers pâtres dans une friche.

Nous pique-niquons du côté de Fond Mathieu. Quelques fleurs dans les champs : Chardon Roland (Eryngium campestre), Mauve sylvestre (Malva sylvestris), Oeillet prolifère (Petrorhagia prolifera), Menthe à feuilles rondes (Mentha suaveolens), Buglosse des champs (Lycopsis arvensis), ou encore le Datura officinal (Datura stramonium) aux fruits épineux.

Le Séneçon de Mazamet, encore appelé Séneçon du Cap ou Séneçon sud-africain (Senecio inaequidens) attire les insectes. Pour les papillons : le Cuivré commun (Lycaena phlaeas), le Procris (Coenonympha pamphilus), le Robert le diable ( Polygonia c-album).

Le Cuivré commun. MP.

Mais aussi la Phasie crassipenne (Ectophasia crassipennis), une très jolie mouche butineuse dont les larves consomment des pucerons et des cochenilles.

Nous trouvons de toutes petites chenilles sur des fleurs de Vipérine commune (Echium vulgare).

Ce sont celles d’un micro-hétérocère : Ethmia bipunctella (environ 20 mm) dont la chenille est inféodée à cette plante ainsi qu’à la Buglosse officinale. Nous avons déjà observé plusieurs fois ce papillon au cours de nos inventaires nocturnes d’hétérocères.

Un Crache-sang (Timarcha tenebricos) joue les équilibristes…

Dans un décor plus minéral, un Tircis (Pararge aegeria) fait le plein d’énergie.

Et une chrysomèle, la Galéruque de la tanaisie ou Galéruque brunette (Galeruca tanaceti) court sur un mur.

Les cueilleuses de champignons trouvent un pré à leur goût. Mais les seuls que nous trouvons ne nous semblent pas comestibles.

Dans ce pré, une grosse chenille (6 cm) de Bombyx de la ronce (Macrothylacia rubi). Ces chenilles hivernent et cherchent un abri en automne.

En début d’après-midi, les oiseaux sont moins nombreux à se manifester. Seuls les Rougegorges chantent encore. Heureusement, les fleurs de lierre attirent les insectes : les guêpes y sont nombreuses, mais aussi les syrphes et d’autres diptères non identifiés. Il y a même une Cétoine dorée (Cetonia aurata).

Le Syrphe ceinturé. (Episyrphus balteatus). MP.
Le Syrphe du groseiller (Syrphus ribesii). MP.
La Cétoine dorée (Cetonia aurata). MP.

Un Petit Nacré (Issoria lathonia) préfère les fleurs de luzerne.

Un Accenteur mouchet joue à cache-cache avec nous. Avec beaucoup de patience, nous ne faisons que l’apercevoir.

Accenteur mouchet. Wikimedia Commons. Gailhampshire.

Nous entendons Sitelle torchepot et Grimpereau des jardins en milieu boisé, ce qui fera 39 espèces d’oiseaux contactés. Une balade très agréable à refaire au printemps.

Alicia, Brigitte, Marcelle, Marie, Marie-Pierre, Myriam, Pascale, Pauline.

Cet article a été publié dans Sorties Naturalistes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s